EXPOSITION CHARLY MARTINEZ

EXPOSITION CHARLY MARTINEZ
DU 30 MARS AU 7 AVRIL 2019 DE 15H A 19H

 

Longtemps, Charly Martinez s’est levé de bonne heure…Sans ironie aucune, simplement en affichant très tôt un caractère trempé, déterminé, dérangeant pour certains. Le «Bulldozer» des Arts, pourrais-je le nommer, tant cet artiste avance tous azimuts, dérangeant autant par ses recherches picturales, allant des esquisses au crayon aux gels de structures, ou également artisanales, découpant avec la même dextérité, les tôles d’aluminium, le cuir ou autres tissus…Mais il serait faux, du moins erroné de se contenter d’une telle affirmation péremptoire. Ce serait méconnaître l’homme et sa sensibilité qui se cache dans l’artiste tout en faisant un affront à son oeuvre et à l’Art dans ce qu’ils ont de plus délicat.
Si Mozart tutoyait les Anges, Charly Martinez les caresserait.
Est-ce une vision ou une réalité ? Dans chacune de ses oeuvres, apparaît en filigrane, mimétisme professionnel ? (Charly M. ayant travaillé plusieurs décennies à la Banque de France) une extrême délicatesse, mêlant bonheur et sensualité adoucissant de fait son surnom de Buldozer-bouteur. Cela s’explique par la contrariété apportée à son avenir, quand en 1978 à 20 ans, Charly Martinez perdit la majeure partie de sa famille à «Los Alfalques».
Les coupures de presse de l’époque ne furent pas les seules cicatrices à ne pas se refermer.
Devant exercer le métier de métallier, le destin pour autant funeste pour ses proches, en décida autrement pour Charly Martinez qui fera vivre désormais de manière inconsciente les siens au travers de l’ensemble de son oeuvre. Certains auraient sombré, lui , bien que durement touché, le coeur meurtri à jamais, surnage, navigue, survole, va de l’avant, marche au-devant des écueils, toujours droit dans la tempête de la vie. De même que la structure de sa construction intérieure prend forme,l’épanouissement artistique opère.
Toutes ces épreuves donnent un caractère et une force à cet artiste qui les restitue avec brio dans son travail. La gravité sous-jacente de chaque instant reste en suspens grâce aux effets chatoyants des couleurs, apportant légèreté et insouciance. Il s’affirme dans son art, jusqu’à ce qu’il noue avec la notoriété dans les années 2000.
D’un clin d’oeil ironique, la Vie s’est chargée de sculpter son image…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *