HISTOIRE

L’existence du site de Blanzat est très ancienne. En effet, la présence de premiers habitants remonte à l’époque magdalénienne (préhistoire) et de nombreux outils en silex taillé en sont le témoignage.

Depuis, du néolithique à l’époque gallo-romaine et du Moyen Age à la Révolution, les époques et les peuples se sont succédés pour former ce charmant village de campagne.

Vestige de l’époque médiévale, le bourg de Blanzat possédait encore, en 1686, une enceinte de tours et de murailles. Le quartier du Château (Foyer Rural, église, poste, pharmacie) se trouve aujourd’hui encore bien marqué dans la forme de sa voirie.

L’église St Pardoux a connu plusieurs générations de bâtisseurs à partir de 1763, date de construction de la nef. Le clocher actuel date de 1902. Au début du siècle, lors du dénombrement de 1901, il y avait encore 3 boucheries au village pour nourrir une population de 1. On trouvait également, pour les commerces de bouche : cinq boulangers, un bouilleur de cru, cinq épiciers, cinq débitants, une laitière, un liquoriste et un maraîcher. Après les méfaits du phylloxera et la guerre de 14-18, la désertification des campagnes commençait tout juste et le nombre d’habitants est descendu à 946 en 1936. Dans le même temps, de nombreux commerces et métiers ont disparu… A partir des années soixante, la voiture permet de réinvestir la première couronne de villages autour de Clermont-Ferrand. Dans le même temps, une forte immigration étrangère (à 80 % portugaise) voit le jour. La population augmente et Blanzat est aujourd’hui un village de 4 000 habitants.

Au début du siècle, lors du dénombrement de 1901, il y avait encore 3 boucheries au village pour nourrir une population de 1 000 habitants environ. On trouvait également, pour les commerces de bouche : cinq boulangers, un bouilleur de cru, cinq épiciers, cinq débitants, une laitière, un liquoriste et un maraîcher. Après les méfaits du phylloxera et la guerre de 14-18, la désertification des campagnes commençait tout juste et le nombre d’habitants est descendu à 946 en 1936. Dans le même temps, de nombreux commerces et métiers ont disparu… A partir des années soixante, la voiture permet de réinvestir la première couronne de villages autour de Clermont-Ferrand. Dans le même temps, une forte immigration étrangère (à 80 % portugaise) voit le jour. La population augmente et Blanzat est aujourd’hui un village de 4 000 habitants.